Comment se développe la parole chez un enfant de 0 à 3 ans ?

Le développement de la parole s’effectue aussi rapidement que le développement de la croissance chez un enfant de zéro à trois ans. Toutefois, ce n’est pas un processus automatique, puisqu’il se produit en réponse à des stimuli environnants.

La parole chez le tout-petit peut donc être retardée par l’absence du bon stimulus ou l’utilisation de gadgets empêchant la prononciation comme une tétine. Pour rendre la parole d’un enfant dynamique et en constante évolution, de nombreuses actions peuvent être mises en place par les parents. Comment procéder ?

A lire en complément : Pourquoi mon ovaire gauche me fait-il mal ?

Tout se joue avant 6 ans

L’intuition parentale vous dit de parler fort et clairement, avec un vocabulaire étendu. Cependant, ce sont des stimuli qui affectent l’ouïe, pas la parole.

Pour aider les parents à éduquer leurs jeunes enfants, l’Américain Glenn Doman arrive à prouver en 1974 que le développement général du cerveau est responsable du niveau de développement de la parole. Il parvient que les six premières années de vie sont cruciales pour l’apprentissage d’un individu.

A voir aussi : Comment endormir un bébé avec des coliques

Par conséquent, si vous souhaitez offrir le meilleur départ à votre tout-petit et améliorer sa parole, vous devez également prendre soin de sa vue, de son ouïe, de son toucher, mais aussi de ses capacités motrices et manuelles qui vont élargir son champ d’évolution pour mettre des mots sur ses actions.

Les capacités linguistiques d’un bébé d’un an

Un bambin d’un an utilise spontanément un minimum de 2 mots dans un certain sens. Certains bébés peuvent y parvenir qu’à l’âge de 18 mois quand d’autres peuvent sembler précoces. Généralement, il parvient à utiliser ces mots pour évoquer une réaction spécifique à ce qui l’entoure quotidiennement (dodo, manger, jouer, etc.). Ces mots doivent être prononcés consciemment et spontanément, donc sans les encouragements d’un adulte. Il ne peut s’agir d’onomatopées, mais bien de mots complets.

Un tout-petit d’un an devrait en outre imiter les sons qu’il entend et les utiliser de lui-même. Peu importe la langue dans laquelle les mots sont prononcés, mais il est important que le système nerveux ait été capable de gérer des symboles sonores.

La prononciation d’un enfant de 18 mois

Si un enfant d’un an et demi utilise de 10 à 25 mots et des phrases de deux mots, son développement cérébral est bien actif ce qui indique qu’il progresse bien. Les tout-petits du même âge qui ne diront que leurs 2 premiers mots et les utilisent spontanément dans un certain sens ne sont pas pour autant en retard.

Chaque enfant à son rythme, mais vous ne devez pas relâcher vos efforts pour le stimuler dans de nombreuses autres activités quotidiennes à découvrir ici afin de lui permettre de franchir ces blocages.

Le vocabulaire courant d’un enfant de 2 ans

La période de deux à trois ans est décisive pour tout l’avenir. Le cerveau est encore très malléable à cette période ce qui permet de le stimuler quotidiennement pour permettre à l’enfant d’emmagasiner un maximum de connaissances. Ainsi, vous pouvez facilement remplacer les zones fonctionnelles négligées du cerveau et prévenir des dysfonctionnements futurs.

De deux ans et jusqu’à 3 ans, un enfant est capable d’utiliser près de 2 000 mots et de construire des phrases courtes pour se faire comprendre. Si son vocabulaire est réduit aux alentours de 25 mots et expressions de deux mots, tous les espoirs restent permis. Cependant, la prononciation d’uniquement 2 mots lors de son deuxième anniversaire ne suffisent certainement pas et montrent un développement cérébrale assez lent.

Les capacités orales chez l’enfant de 3 ans

Passé l’âge de 3 ans, sur la base de nombreuses observations, des mots et des phrases vus, l’enfant arrive à la conclusion quelle lettre est responsable de quel son. Il apprend à lire presque spontanément, et à l’âge de 3-4 ans, un bambin peut être capable de lire de façon aussi fluide que des enfants de 8-10 ans. Il réalise cette faculté grâce au mimétisme et à la mémorisation d’un livre que les parents ont pu lui lire à de multiples reprises.

À cet âge-là, l’apprentissage ne prend qu’une demi-minute par jour, mais il doit être régulier pour permettre à l’enfant de continuer à évoluer.

Bébé